A mi-chemin entre l’app et le site web, la webapps semble le format le plus pratique pour des opérations ponctuelles.
Le principe est simple, on utilise le cache du navigateur pour stocker des données qui resteront donc disponibles même sans connexion. Aujourd’hui le format n’est pas très répandu car il est dépendant des navigateurs, et certaines plateformes sont réticentes à leur utilisation (notamment Apple, car cela permet de s’affranchir d’un app store). Surtout, le manque de documentation rend la tâche plus compliquée et implique une phase de test assez longue.

Nous avons eu l’occasion deux fois d’expérimenter cette nouvelle technologie pour Chanel, sur des petits jeu sur iPad et tablette Android. Il existe principalement deux façons de procéder :

  1.  Le cache manifest : un fichier décrit les fichiers à mettre en cache. C’est hyper simple à mettre en place, mais la capacité est très limitée selon les navigateur et OS et il n’existe pas de référence pour connaitre la capacité de chacun (il faut tester).
  2. Les services workers : Un script javascript s’installe sur votre navigateur et gère à travers des fonctions la mise en cache, la seule contrainte est que l’hébergement doit se faire sur une connexion sécuritées (HTTPS).

Pour notre premier projet, nous n’avions pas beaucoup d’images et une seule vidéo (animation 3D d’un produit que nous avons réalisé), nous avons donc opté pour le cache manifest. La web app est développée en HTML5 et jQuery.

Pour le second projet, il y avait beaucoup plus d’images en meilleure résolution, une vidéo beaucoup plus longue, nous avons donc réalisé le projet avec les services workers. Nous avons opté pour une app en React avec comme base le framework GatsbyJS.